Côte d'Ivoire: Le brouteur «Commissaire 5500» bel et bien arrêté et déféré

ce mercredi notre information, et indique qu’il a été déféré mardi devant le parquet Rechercher parquet d’Abidjan puis mis en détention à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca).

Il est suspecté d’utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personnes physique et morale, d'escroquerie en bande sur internet.

Selon les agents, ce dernier aurait avoué pratiquait la cyberescroquerie, cela depuis 1 an. Une activité camouflée derrière un commerce de produits cosmétiques. « Je pratique le love tchat et l'arnaque à l'héritage », a-t-il déclaré.

Lire la suite

 

 

Une française se fait soutirer plus de 26 000 000 frs cfa par une bande de cyberescrocs. Deux d'entre eux viennent d'être épinglés

Une ressortissante française qui s'est faite soutirer la mirobolande somme de 26 240 000 francs cfa soit 40 000 euros par une bande de cyberescrocs peut souffler un « ouf » de soulagement. Deux d'entre eux viennent d'être pris par les agents de L' OFFICE REGIONALE DE LA REPRESSION CONTRE LA CYBERCRIMINALITE qui ne ménage aucun effort pour être aux trousses de ces individus  indelicats. Lesquels ne cessent à vrai dire de troubler la quiétude de nombreux internautes à travers le monde. Il s'agit entre autres de NIONSSIEU EMMANUEL ISAAC et SEBON KANE GILDAS AYMARD.

Au cours de l'audition, la victime a déclaré avoir rencontré sur internet le chef de la bande, surnommé « FRANCK POINT » qui lui a fait croire qu'il vivait à Strasbourg. Et qu'il menait des activités de vente de véhicules en Côte d'Ivoire. Dira-t-elle.

Son bourreau lui a raconté également des histoires emouvantes pendant leurs echanges amoureux. Ce qui l'a conduit à debourser le montant en question, a-t-elle fait savoir

 

Un arnaqueur aux faux sentiments dans les mailles de L'Office REGIONALE DE LA REPRESSION CONTRE LA CYBERCRIMINALITE

On ne cessera jamais de le dire et d'attirer l'attention de la population ivoirienne que l'escroquerie sur internet est reprimée et punie par la nouvelle loi sur la cybercriminalité. Cette loi prévoit des peines allant jusqu'à 20 ans de prison ferme et 40 000 000 frs cfa d'amende.

L'application de cette loi a permis à la plateforme de lutte contre le phénomène de la cybercriminalité de mettre aux arrêts BENNE GILBENAIRE STEPHAN. Celui-ci a été interpellé suite à une arnaque aux faux sentiments. En vérité, il se faisait passer pour une jeune fille en la personne de LAURAINE GANTOIRE sur un site de rencontre.

De son forfait, en 2014, il a extorqué à un resortissant français, la somme totale de 3 288 euros soit 2 157 045 francs cfa.

 

Deux caissières d'une agence Western-Union prises dans les filets de

la Office REGIONALE DE LA REPRESSION CONTRE LA CYBERCRIMINALITE

L'équipe de L' OFFICE REGIONALE DE LA REPRESSION CONTRE LA CYBERCRIMINALITE a épinglé récemment Dames WAMIEN AHOU CHANTAL et OULOBO AHOU VERONIQUE, toutes deux caissières d'une maison de transfert d'argent de la place.
L'interpellation fait suite à l'exploitation d'une information anonyme selon laquelle ces dames se sont rendues complices d'un cybercriminel au fait de recevoir de ce dernier par SMS, des codes de transaction. Et ce, en vue de retirer des fonds. La contrepartie de ce concours frauduleux serait qu'elles prendraient 10% et expédieraient le reliquat au cybercriminel via orange money.
Après interrogatoire, les nommées WAMIEN AHOU CHANTAL ET OULOBO AHOU AHOU VERONIQUE ont reconnu sans ambage avoir rencontré un certain nommé GYPY ainsi que les faits qui leur sont reprochés.

 

 

Une caissière complice d'un cybercriminel, interpellée et déférée

Ce jeudi 08 Janvier 2014 ,l’équipe de L' OFFICE REGIONALE DE LA REPRESSION CONTRE LA CYBERCRIMINALITE a procédé à l'interpellation de la nommée Kaba Mariama 28ans de nationalité ivoirienne et caissière dans une maison de la place de transfert d'argent pour faux usage de faux,escroquerie et complicité d'escroquerie sur internet.

La plainte est survenue après que la responsable d'une agence de cette maison de transfert se soit rendue compte que sa caissière s'adonnait à des activités cybercriminelles en faisant de faux payements au profit d'un cybercriminel.